Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 17:28

1700 - 12 - 14

 

Escaladons le ciel


Quand l'homme un beau soir

                                              doit jeter

                                                             sa chemise aux orties

C'est que tremble le sol

                                      aux palais des saigneurs

Pendant que tous les leurs se livrent aux orgies

les paysans affreux poussés par la misère

                                                                  effleurent


De leurs pieds nus la poussière des chemins et s'en vont

Par les monts par les vaux

                                          font sonner le tocsin

Maniant fourches et faux et

                                            redressant le front

N'hésitent plus à porter leur main nue

                                                            au Saint des Saints


Ainsi dans les Cévennes s'appesantissait l'église

Le bras droit du pouvoir

                                      Il fallait bien qu'un jour

Tous les croquants du coin

                                          refusent la Main mise

De ceux qui les vouaient au feu

                                                  en leur parlant d'amour


Ca n'a guère changé

                                   Oyez les lénifiants discours

Des disciples attentifs

                                   que Milton Friedman

Nous a dûment formés  à nous dorer le mou

Quand nous plongés dans le merdier

                                                           Nous voulons

                                                                                   qu'une manne


Garnisse nos assiettes   et

                                         qu' aussi

                                                       parfois

                                                                   un peu

Vienne l'espoir

                           dans un an  dans deux ans

                                                                        de voir

Enfin cesser la peur  

                                  Nous pouvons vivre mieux

Ne baissons pas nos VOIX

                                              Ne laissons pas le désespoir


S'emparer de nos coeurs

                                       Faisons cesser la gabegie

Prenons sur nous

                            Faisons cesser les discours flous

Prenons sur nous

                             Jetons chemises aux orties

Escaladons les murs

                                 Renversons les sicaires fous


                                          Escaladons le ciel

 


                                                                  le 02 08 2009

                       

Partager cet article

Repost 0
Published by victor
commenter cet article

commentaires

VICTOR SERRES 01/04/2012 19:51

Quand, il y a 3 ans, j'écrivais ce poème, j'avais l'impression qu'une apathie s'était abattue sur le peuple de France. Depuis, il semblerait qu'on assiste à un réveil. 120 000 personnes défilant de
la "Nation" à la "Bastille" pour refuser le diktat du système financier international, ce n'est pas mal. notre président candidat, chantre du libéralisme économique sentirait-il son trône trembler?
Peut on se fier, pour mobiliser la France vers un espoir de société plus humaine, plus démocratique, à ceux, j'aurais pu dire à celle aussi, qui ignorent royalement les ouvriers qui se battent pour
conserver leur emploi, leur entreprise, qui ignorent royalement, restant perchés dans leur aire, ceux qu'on traîne devant les tribunaux parce qu'ils ont osé défendre leur travail et leur
dignité?
Qui était à AMIENS pour soutenir les travailleurs de "CONTI" luttant pour leur survie? Poutou, Arthaud, Mélanchon; les autres candidats où étaient-ils ?

Présentation

  • : Le blogue peu catholique de Victor Serres
  • : un blogue poétique, abordant quelques problèmes de notre temps.
  • Contact

Recherche

Liens